19 août 2006

l'affaire Vestino

12 octobre 2002. En plein championnats des Etats-Unis de catapultage de loutres l'affaire Vestino éclate. Michael Vestino, bel athlète nord Américain, est un des plus grands catapulteurs de l'histoire de notre sport. Mais, le 12 octobre 2002 il est contrôlé positif à divers produits dopants. Pire encore, il a dopé ses loutres avec les mêmes produits pour accentuer l'effet Léandro (cf un article précédent). La nouvelle fait l'effet d'une bombe et la justice s'empare du dossier. En novembre de la même année Vestino est entendu à plusieurs reprises par le juge Philip Drummond mais nie tout en bloc. Le travail de la police se poursuit et traque les fournisseurs du body-buildé catapulteur. Elle remonte, ce qu'on appelera plus tard, la piste philippine. Vestino, d'après le FBI, se fournissait en dopants auprès de pécheurs chimistes d'un petit port de Californie. Ils étaient spécialisés dans le pot roumain (oui, des Philippins préparant des pots roumains ça fait bizarre...). Ce pot miraculeux pour des êtres vils et sans scrupule désireux de victoires était constitué d'EPO, de testostérone, d'aspirine, de sang de taureau et d'extraits de malabars bi-gout. Vestino est inculpé de complicité de trafic de stupéfiants et d'import illégal de malabar sur le territoire américain (sucrerie interdite depuis le détournement d'un 747 par un terroriste armé d'un malabar citron et d'un tatoo lavable à l'eau en 2000). Il est jugé en juin 2003. La défense de son avocat, maitre A. Tobblerone, consiste à démontrer que son client est atteint de somnambulisme spontané et qu'il a commercé avec les Philippins dans un état second et que sa seule drogue ce sont les loutres et rien que les loutres. Ah oui, rappelons que maitre A. Tobblerone a été radié du barreau en 1997 pour triple meurtre mais a été réabilité par grace présidentielle (à l'époque les Etats-Unis manquait d'avocats). Le 29 juin 2003 le verdict tombe : Michael Vestino, le grand Michael Vestino, cet homme qui a battu moult records de catapultage de loutres, ce modèle pour des milliers de jeunes catapulteurs, est condamné à la peine de mort par injection de sauce aigre douce. A sa sortie du tribunal (cf photo) il déclare : "Le vrai coupable c'est Malabar!". Son appel est rejeté et Vestino est executé dans la petite ville de Falson river, petite bourgade du Texas, bien achalandée, ils ont d'ailleurs un magnifique petit casino, et une spécialité culinaire assez délicieuse : le ragout de raton-laveurs, miam!

Cette histoire a énormément marqué ma génération de catapulteurs. Depuis on évite les malabars. Mais, le plus important c'est que nous savons dire non, non à la drogue! La drogue...ça pique! Ce sera d'ailleurs le slogan de la campagne anti-dopage mise sur pieds par la Federation Americaine de Catapultage de Loutres.

En 2005 Brian DePalma réalise le film "Vestino's file", narrant la triste fin de vie du champion, avec dans le rôle principal Johnny Depp.

1 commentaire:

attignie a dit…

bien, je découvre un sport inconnu jusqu'àlors, ca m'a l'air interessant, mais l'histoire ne dit pas si les loutres se sont faites pincer pour consommation abusive de malabar... Ca ne m'étonne qu'à moitié, la presse sportive étant toujours un peu hypocrite sur les affaires de dopage...
j'aimerai savoir également si le DVD du film est déjà sorti, j'adore Johny deep mais j'étais en alaska pour pecher des saumons à crete de coq quand le film est sorti... merci de me tenir informé!