08 octobre 2006

Rimbaud et les loutres

C'est un secret pour personne, Rimbaud était un grand amateur du catapultage de loutres. Mais, étrangement, on avait jamais retrouvé de poèmes dédiés à ce fantastique sport. Jamais...jusqu'au début de cette année. Des historiens Rimbaldophiles ont exhumé, des sous-sols du musée du tournevis, des manuscrits du célèbre poète de Charleville. Les Editions Gallimard ont recemment publié ce recueil sous le titre de La solitude du porte-clés (en référence au titre d'un des poèmes). Recueil qui comporte de nombreux textes dédiés au catapultage de loutres. Aujourd'hui et dans les semaines à venir je vous proposerai ici quelques uns de ces textes. Commençons dès lors avec Catapultage, un poème de 1871.

Catapultage

De Paris à Charleville la loutre fuse,
A la belle couleur vert-de-gris, rouge de rage.
Sportif expert sans haine, sans fiel et sans ruse
Tu navigues fièrement entre villes et paturages.

Au loin tu guettes avec envie le son lourd,
C'est la loutre qui se meurt avec outrages.
Sur tes joues rosies coulent de sombres larmes d'amour :
Tu es catapulteur malgré ton jeune âge.

Tu ne seras jamais, oh que non, barbier,
Adepte de la voile ou tout autre sport de nage.
Ton coeur bat et echoe à travers sentiers :
Ta passion, ta vie a un nom, catapultage.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Etant moi même une semi lettrée loutrasse, quelle ne fut pas ma surprise de voir que le jeune poète léonardo rimbaldo avait commis quelques odes à ma gloire animale. Car, parler du catapultage de loutres, c'est toujours parler de la loutre. L'éloge en creux est indéniable. A mon tour, je rends graces à l'emminent critique et auteur de ce blog, qui a révélé ce corpus miraculeux, et a surtout eu cette idée géniale.

Anonyme a dit…

Ceci dit, apres visitationnage plus approfondi du blog, je ne comprends pas ce qui a pu entrainer une haine si viscérale de ma race -mis à part une séance traumatisante de "sacré graal" regardé trop jeune, genre à l'état foetal, et en boucle-.
Mis à part qu'elle sème ses épreintes à tout va, la loutre demeure un symathique mamifère dont le combat "fourbe et très politisé", je cite, consiste à
1/ défendre le droit de porter fourrure été comme hiver, aisselles comprises
2/ obliger la loutre mâle à respecter sa femelle plus longtemps que le temps d'une fécondation
3/ encourager la construction de terriers et barrages conventionnés non polluants à destination des moustachu(e)s
4/ imposer la moussaka trois fois par semaine dans toutes les cantines de france.
Pas de quoi fouetter un chat, ni catapulter de la loutrasse, vous reconnaitrez!
Si je ne craignais d'être traitre à ma patrie,la loutrie du nord, j'avouerais que toute cette lecture me fit bien frémir la moustache, mais conformément à mon rang, monsieur, sachez que je vous honnis.
avec mes plus sobres épteintes.
la loutre.