17 novembre 2006

Maître catapultier : de l'artisanat à l'état pur

"L'importance d'un homme se mesure à la solidité de sa catapulte". Oscar Wilde.
Une race d'hommes est à la base du succès du catapultage de loutres : les maîtres catapultiers. Ils ont la charge d'apprendre aux nouveaux arrivants dans le monde du catapultage à construire leur catapulte. C'est seulement après un stage auprès de ces maitres ès catapulte qu'un petit bleu peut se revendiquer catapulteur. Le stage fini, le maitre catapultier marque au fer rouge un "certifié" sur l'épaule gauche de l'apprenti catapulteur.

Henri Philobrian (cf photo) est maitre catapultier depuis cent cinquante cinq ans (une sombre histoire de malediction gitane qui l'empeche de mourir). Il enseigne son art dans la petite ville de Tayton, dans le Kentucky du sud. De nombreux jeunes catapulteurs lui rendent visite chaque année pour s'aguerir à la construction de catapultes. Philobrian se sert d'outils ancestraux datant de l'URSS. Il manie le tour et la fraiseuse avec la virtuosité d'un pingouin putrifié. Bien sûr en compétition on a pas le droit aux machines outils. Mais Henri Philobrian s'en fiche, c'est un rebelle. D'ailleurs sur son bras droit musclé il s'est fait tatoué un tournevis cruciforme. Preuve qu'il est rebelle.

On dit que ses catapultes peuvent propulser une loutre à une telle vitesse qu'elle remonte le temps (ce qui expliquerait la fameuse loutre volante de la Genèse-dans la bible). Notoriété oblige il vend aujourd'hui quelques unes de ses catapultes par internet (sur le site
http://www.henriphilobrian.com/).

Aucun commentaire: