20 février 2008

Lord Chestbatemplington - part 2

Après un court séjour dans une prison turque où j'ai servi de monnaie d'échange me revoici pour vous narrer la seconde partie de la vie de Lord CHESTBATEMPLINGTON. On avait vu, dans la première partie, la jeunesse tumultueuse de l'inventeur du catapultage de loutres. Ses amours zoophiles, ses soirées alcoolisées et son illumination de 1816. Mais, une fois notre beau sport inventé qu'en fut il de la vie de notre Lord bien aimé?



-Lord CHESTBATEMPLINGTON : la fortune et le triste épisode de la fondue géante-

A partir de 1816 les bases de la Fédération Internationale de Catapultage de Loutres sont posées, à Londres. Au départ il voulait appeler ça "regroupement des gros cons alcooliques", mais ses comparses l'en ont dissuadé. Rapidement les catapultes qu'il vend dans ses officines (note bien ce mot jeune lecteur fan de Laurent ROMEJKO) font un véritable malheur. Le catapultage de loutres devient le sport prisé de la bourgeoisie britannique. Lord CHESTBATEMPLINGTON rend même visite à NAPOLÉON 1er, alors en villégiature à Sainte-Hélène, en 1820. Il apprend à notre regretté et pacifique empereur les bases du lancer violent de loutres.
Riche jusqu'au bout des poils pubiens, notre Lord internationalement reconnu, fait du lobbying intensif pour développer et imposer son sport à travers le monde entier. Lors d'un séjour à Hong Kong il rencontre Kim CHANG, une prostituée chinoise avec laquelle il se marie. Ils auront trois enfants (dont un dictateur célèbre) et un chien.

Lord CHESTBATEMPLINGTON pratique lui-même le catapultage de loutres. Il remporte les premières compétitions qu'il organise. Bon, faut dire aussi qu'il était adepte du coup de canne dans les rotules, ça facilite les choses. En 1860 les règles définitives du catapultage de loutres sont établies (par exemple la règle qui consiste à fabriquer sa propre catapulte lors d'une compet'). Vieillissant mais toujours filou comme une poutre (oui, une poutre...) le Lord soutient le régime oppressif français contre les insurgés en fournissant à l'armée tricolore des catapultes et des loutres de combats (avec de petits casques en laine).
Approchant la fin du XIXème siècle le catapultage de loutres étend son influence sur le globe et Lord CHESTBATEMPLINGTON vieillit. Il voit poindre à l'horizon le soleil dardant du crépuscule de la vie...c'est MOLIERE que tu lis...En 1870 il est anobli par la Reine VICTORIA (inventeuse du smurf rappelons le).

En 1879, âgé de 90 ans, Lord CHESTBATEMPLINGTON participe à une garden party organisée en son honneur. Pour l'occasion une fondue géante a été concoctée, dans une marmite d'un diamètre de 5m50 (ça a son importance, je sais qu'il y a des fans de statistiques qui me lisent). Et, alors qu'il veut en goûter une cuillerée, il glisse sur un raider (l'ancêtre du twix) et plonge tête la première dans le chaudron rempli de fromage fondu en fusion. La légende prétend qu'il a brûlé pendant deux heures, le public pensant à une énième facétie de l'inventeur du catapultage. Ses derniers mots auraient été : "je vous emmerde...gloup!".

Le corps du beau Lord repose à Londres, sa première catapulte est en exposition au musée du catapultage à New York et la Fédération Internationale de Catapultage de Loutres n'a jamais été aussi puissante. En 1999 le magazine Rolling Stone lui rend hommage en lui consacrant sa Une.

Merci à toi Andrew James Edward CHESTBATEMPLINGTON pour toute ton oeuvre. Ce soir je ferai souffrir une loutre en ta mémoire.

Aucun commentaire: