22 mars 2008

Vestino's file

Rappelez vous, été 2006 je vous narrais l'incroyable vie d'un des plus grands catapulteurs de loutres de l'Histoire : Michael VESTINO (servez vous du moteur de recherche si vous vous sentez trop bête à cet instant précis). Ce célèbre athlète américain a été confondu dans une affaire de dopage, jugé, emprisonné et executé par injection de sauce aigre douce en 2003. Christopher GANS, réalisateur français à mi-temps, avait réussi à l'interviewer avant son execution (images figurant dans son poignant documentaire "le pacte des loutres", pareil==> moteur de recherche). Et, en 2005, Brian DePALMA réalise "VESTINO'S FILE" avec Johnny DEPP en tête d'affiche, film retraçant la carrière du champion et sa déchéance.

Et, à l'occasion de la sortie de ce film en format Blue Ray, j'ai voulu revenir sur ce monument du cinéma hollywoodien. Le film dépeint, avec une précision quasi taïwanaise, les grands moments de la vie de Michael VESTINO. Son enfance heureuse passée dans un bordel de Porto Rico, son adolescence tout aussi heureuse passée en tant que prostituée au Mexique, sa jeune vie d'adulte catapulteur, ses records, ses victoires, mais aussi sa rencontre avec les Philippins et le pot roumain. Puis, bien sûr, sa mort, avec un vibrant Johnny DEPP criant dans la scène de la fameuse sortie du tribunal : "le vrai coupable c'est Malabar!" Phrase aujourd'hui devenue culte et inscrite au fronton du siège de la Fédération Internationale de Catapultage de Loutres.
Dans les bonus on trouve un intéressant documentaire sur la sidérurgie en Australie et un making of de 7 heures tourné en super 8 où l'on peut voir le beau DEPP s'entraîner au catapultage de loutres (je vous rassure de vraies loutres ont bien été massacrées pendant le tournage, l'honneur est sauf). Hmm Johnny torse nu c'est quelque chose...

Mais, exclusivité bloggale (de mon blog quoi) j'ai réussi à interviewer Johnny DEPP dans les toilettes de la Gare du Nord alors qu'il se rendait sur un plateau télé pour la promo du Blue Ray. Interview exclusive, interview pour...toi (*clin d'oeil coquin*).

P'tit Praince : "Salut Johnny, désolé de t'interrompre en pleine pause pipi mais pourrais tu me parler rapidement de ton expérience sur VESTINO'S FILE, le film de Brian DePALMA ?"
Johnny DEPP : "Si tu me tiens la quéquette pendant que je finis de pisser, je veux bien. Voilà, comme ça, c'est bien, attention là tu me fais pisser à côté...Oui, donc le tournage a été éprouvant, surtout quand je devais catapulter loutre sur loutre et que leurs cadavres s'entassaient sur le plateau, ça sentait le Camembert (note de moi : il le dit avec l'accent bourguignon)."

P.P. : "J'ai entendu dire que tu avais pas mal bossé ton rôle avant le début du tournage? Hey, j'ai le même ton que Laurent Boyer!"
J.D. : "Je me suis pas mal documenté sur VESTINO, j'ai vu pas mal de photos, j'ai essayé de me faire le même look que lui, j'ai vu les images tournées par GANS. A la fin j'étais Michael VESTINO, je catapultais des loutres comme lui. Je voulais même réellement me faire exécuter à la fin du film, mais la production n'a pas voulu, une histoire de budget je crois."

P.P. : "En tout cas je te remercie Johnny pour cette interview. Je pense parler au nom de tous les catapulteurs du monde en te remerciant pour l'image que tu donnes de Grand VESTINO : un athlète modèle qui, même mort, garde un physique de jeune éphèbe."
J.D. : "Big up à son cadavre. Achetez le Blue Ray. Maintenant tu peux me lâcher la quéquette."


Michael VESTINO (le vrai) en juin 2003

Aucun commentaire: