10 avril 2008

Portrait d'un maître catapultier : Henri Jackson

Il est des hommes légendaires dont le Petit Larousse ne retient pourtant que l'étymologie. Oui je sais cette phrase ne veut rien dire mais je voulais commencer par quelque chose d'un peu classe. Mais en substance je voulais dire que l'histoire du catapultage de loutres est semée d'individus aussi marquants que dangereux. Aujourd'hui j'aimerais vous dresser le portrait d'un maître catapultier hors norme qui a été le mentor de quelques grands noms de notre sport. Je veux bien sûr parler de Henri JACKSON.
Avant de développer rappelons ce qu'est un "maître catapultier". Un maitre catapultier est un initiateur au catapultage de loutres. Une fois qu'on a rempli son dossier d'inscription (j'ai écrit un article à ce sujet, à vous de le retrouver) on est guidé vers une personne, souvent un homme d'ailleurs (ou une femme à moustache) qui aura pour but de vous apprendre le B.A BA de notre sport : comment construire une catapulte, l'histoire du catapultage de loutres, l'utilisation d'un couteau papillon etc.

Henri JACKSON est né à Bugglesville en Louisiane, ville connue pour ses crêpes à l'eau de Javel, en 1900. Henri est issu d'une famille pauvre. Tellement pauvre que la maison des JACKSON n'a que des fenêtres (essayez d'imaginer). La chance du jeune Henri c'est qu'il vit près d'une zone à loutres grises. Chaque soir il va les voir pour s'adonner à des plaisirs coupables et surtout pour les dégommer à coups de planchette.
A l'âge de quinze ans il part sur les routes avec ses frères pour faire une série de concerts. On les appelait les "JACKSON Six". C'est lors d'un after plutôt arrosé qu'il rencontre un maître catapultier. C'est lui qui enseignera au jeune Henri les ficelles du métier. Il abandonne la musique founeki et se tourne définitivement vers le catapultage de loutres.
Henri JACKSON se fait rapidement une réputation dans le milieu.
On loue ses méthodes efficaces. Efficaces mais rudes. Il utilise notamment la technique de "la chaussette" : il remplit une chaussette de pierres et de petits morceaux de métaux divers et frappe son élève s'il catapulte comme un manche. Ce qui n'est pas sans engendrer quelques "oeufs cassés" (152 jeunes catapulteurs morts en soixante ans).


Au fil des ans on se presse à la porte de la cabane au fond des bois de Monsieur JACKSON pour y apprendre le catapultage. En 1970 il devient le maître catapultier officiel du grand John Philston B. BUTCHER. Il décède dix ans plus tard d'une crise d'allergie à l'eau minéral.

Aucun commentaire: