16 septembre 2008

François Mystère flash spécial Pékin - 2 (un peu de supportage)

supportage
Ça y est! la compétition est lancée. Les premières loutres se sont envolées et les plus mauvais catapulteurs se sont fait virés. Y a eu de la casse aux qualifs. Par exemple l'allemand Karl KARLOFF, un des spécialistes du "lancer tendu", s'est fait sortir au premier tour. Le sénégalais Moussa N'GOMO s'est lui, mystérieusement, pris un ensemble de couverts à fondue savoyarde sur la tête et n'a pu, englué dans le fromage brûlant, catapulter la moindre loutre. Les principaux favoris se sont qualifiés dans toutes les disciplines.

Le second tour a été apocalyptique, dantesque. Digne des meilleurs films de Claude LELOUCH et Dieu seul sait qu'il n'y en a pas des masses! Déjà il pleuvait. Et la pluie à Pékin c'est pas notre petite pluie de Normandie. Là bas l'eau est bourrée de produits chimiques capables de faire fondre un acier de 15 centimètres d'épaisseur et faire disparaître des hospices pour personnes âgées et handicapées en deux temps trois mouvements. C'est donc dans un "Nid d'Oiseaux" presque transformé en piscine que les catapulteurs se sont affrontés pour les demi finales. On a commencé par la "distance" (je ne vous rappelle pas en quoi ça consiste, vous m'avez pris pour qui? l'Abbé PIERRE?). Jacques-Benoît RAVALOCHE, favori cette année et recordman d'Europe, a déjoué tous les pronostics en se ramassant lamentablement. Le génie français quoi. A sa décharge P'tit Praince lui a fait le fameux coup du Claude FRANCOIS : lancer un câble électrique haut voltage sur un concurrent en pleine période de pluie. RAVALOCHE, français pourtant comme notre illustre P'tit Praince, n'a pas vraiment bénéficié d'un travail d'équipe. Le mot "solidarité" étant inconnu chez PP (le genre de mec qui aurait dénoncé des gens sous l'Occupation). Edward FILTER, le jeune anglais à la peau glabre, a tenu son rang au "lancer tendu" terminant premier de ce second tour. Et que dire de Ping XUN LI, l'athlète supporté par tout un peuple qui n'a fait qu'une bouchée du "top crash" et qui s'est brillamment illustré dans les autres catégories. Quid de P'tit Praince alors hormis ses coups de crasse légendaires? Il s'est aussi qualifié pour la finale dans chaque discipline mais difficilement. Le champion d'Europe en titre s'est qualifié en dernière position du top crash et de la distance! Quelle honte! Je vous l'ai toujours dit, ce type n'est qu'une raclure.

Néanmoins je suis patriote. Et je ne peux que vous encourager à supporter nos athlètes débattant leurs petits bras à Pékin. J'ai mis au point une technique infaillible de "supportage" (=action de supporter un catapulteur de loutres). En image d'illustration de ce message blog je vous ai mis un petit gif animé qui explique clairement comment supportager un catapulteur.
Cela se fait en trois temps :

Tout d'abord les bras en "V" comme le V de "victoire" le seul mot que connaissent les catapulteurs de loutres français (enfin en théorie) et on crie "CA-!"











Ensuite on ramène les bras sur les côtés, les poings serrés prêts à foudroyer le vent d'un geste félin. Là on crie "TA-PUL-!"











Et on termine avec une extension en biais bras tendus le regard fixé vers un horizon glorieux et d'une expiration soutenue on crie "TAGE!". Vous l'aurez compris en effectuant ces trois gestes vous devez éructer le plus beau mot du Larousse et qui compte double au Scrabble : "catapultage".







Amis catapulteurs demain c'est la finale du catapultage de loutres aux Jeux Para Olympiques de Pékin. Je veux tous vous voir nus effectuer les gestes plein de grâce que je viens de vous enseigner. Et peut être que si vous le faites avec assez de foi nos braves catapulteurs tricolores vous entendront...
C'était François MYSTÈRE en direct du rayon plats cuisinés du Monoprix rue de Lyon.

Aucun commentaire: