28 décembre 2008

L'Histoire avec un grand P comme "poulie"

En cette époque festive où on veut se venger du Papa Noël en lui coulant les pieds dans du béton j'ai décidé de vous donner un petit cours d'Histoire.
Si le catapultage de loutres tel que nous le connaissons aujourd'hui est né un beau jour de 1816 en Roumanie, on catapultait déjà des loutres dans les temps anciens, mais pour d'autres usages. La guerre en est un. Et l'épisode le plus célèbre où des loutres ont servi d'armes de destruction massive est bien sûr lors de la bataille de Caktos, en Grèce.

-356 avant J.C. la région de Caktos est une petite province prospère du nord de la Grèce. Elle est la première productrice de poulies du pays. C'est le jeune RODOS qui la gouverne. Depuis plusieurs mois la région macédonienne du Palaros dispute à sa voisine frontalière, Caktos, le marché de la poulie. En ce temps là c'était "poulie par ci, et poulie par là" dans le sud de l'Europe. Les colporteurs en poulies s'affrontaient dans les rues à coups de fourchette. La marine d'Athènes a un jour lancé un appel d'offre pour équiper tous ses bateaux de poulies flambant neuves. Le gouverneur de Palaros, voyant que de toute évidence il allait perdre un juteux marché, a envoyé des hommes détruire les usines de poulies (que de "poulie" dans cet article) de Caktos. Ni une ni deux ni même trois RODOS a déclaré la guerre a ses voisins. A l'époque on déclarait la guerre pour pas grand chose. On ne perdait jamais une occasion de frapper le corps d'un jeune éphèbe enduit d'huile.
C'est bien de vouloir déclarer la guerre mais c'est mieux de le faire avec des armes. En effet, RODOS avait échangé toutes les armes de la région contre des jokaris. Il pensait qu'il valait mieux se prendre une balle de jokari dans l'oeil plutôt qu'une flèche. Les Grecs sont décidément de grands philosophes. Sans arme, mais les poches pleines de jokaris, RODOS lance ses hommes dans la bataille. Rapidement les soldats du Palaros prennent le dessus. Une troupe de fantassins est encerclée à l'ouest de Caktos. Prêts à périr l'un d'eux a la lumineuse idée de se servir du bois à sa disposition (il démonte une commode Louis XV) pour construire une catapulte de fortune. Le seul projectile digne d'intérêt qu'il a sous la main sont de petites loutres. Remarquons que les loutres grecques ont de bien piètres qualités aérodynamiques mais, lors de leur chute, sont capables de provoquer bien plus qu'un simple traumatisme crânien. L'armée de RODOS remporte là sa première victoire. Le gouverneur, informé par cette découverte, ordonne à son armée de construire de petites catapultes et de lancer sur l'ennemi autant de loutres que possible. En l'espace de 32 jours Caktos défait les armées du Palaros.

RODOS devient un héros national, sur des pièces de monnaie on le représente catapultant une loutre et le marché de la poulie est remportée par la région qu'il gouverne. D'ailleurs en Grèce "poulie" se dit "Caktos". ARISTOTE écrira sur cet épisode de l'Histoire hellénique dans son célèbre texte "la guerre par catapultage de loutres c'est bien mais ça tache". 2172 ans plus tard, un riche anglais remet au goût du jour le catapultage de loutres et en fait un sport. Chaque année en Grèce on fête la bataille de Caktos en défilant en toge et en catapultant des bébés loutres sur les enfants (cf photo).

Comme quoi, les poulies...

Aucun commentaire: