11 juin 2008

Le scandale Larousse

Vous vous rappelez certainement le coup de gueule de Jacques CHIRAC, président de la Fédération Française de Catapultage de Loutres, contre l'omerta qui règne dans les médias à l'encontre de notre sport. Eh bien ces derniers jours la censure a encore frappé! Une affaire que certains grands esprits (dont Patrice LAFFONT) ont qualifié de "Laroussegate".

Il y a même pas deux jours de cela j'ai voulu entrer une petite définition du catapultage de loutres sur le site Larousse.fr, qui, depuis peu, a ouvert ses portes au grand public. Quoi de plus naturel pour un sport aussi philosophique, poétique et populaire que de se retrouver dans le grand dictionnaire du net? Figurez vous, amis aux cerveaux infestés de poussière, que les modérateurs du site ont éliminé mon article! Encore un coup du Parti Anti Catapultage (P.A.C.)! En effet, et c'est un secret pour personne, la marque "Larousse" appartient à KOCO, un singe génétiquement modifié vêtu d'un petit gilet violet et d'un chapeau de cow boy qui est totalement opposé au catapultage de loutres! Certainement les suites de "l'affaire Mojo"...

Mais ça ne s'arrête pas là. Afin de discréditer encore plus le catapultage de loutres KOCO a fait jouer ses relations. Il a réussi ainsi à faire intervenir sous la menace d'une banane trop mure des internautes, tout autant génétiquement modifiés, sur le "bistro" de wikipedia. Et l'article catapultage de loutres de Larousse.fr devient selon eux un...canular! Si si, regardez par vous même:


Entreprise de diffamation soutenue par un certain David MONNIAUX (un ancien rebelle communiste reconverti dans le trafic de Pepitos frelatés semble t-il) qui, même sans être aussi virulent que les alcooliques de wikipedia, contribue à faire mal à l'image du catapultage de loutres. Oui, j'ai mal à mon sport...

Luttons, mes amis, contre la censure et l'omerta qui frappent notre magnifique sport. Et si un jour vous voyez passer devant vous un singe habillé en cow boy : faites en de la purée! Hmmm purée de singe...

Aucun commentaire: